Mot du Maire

Chères Seurroises, chers Seurrois,

Après une première partie de notre mandat consacrée aux études (centre-bourg, salle Marcel Pillet, école du centre, rue de la République, quais à gradins ou encore l’église…), les phases de réalisation ont bel et bien commencé. Je ne parlerai pas des travaux de voirie qui sont effectués tous les ans.

En ce moment, nous sommes sur tous les fronts. Les réunions de chantiers s’enchaînent sur le suivi des travaux du quai à gradins et sur celui de la rénovation énergétique de l’école du centre. Le jour où vous lirez cet éditorial, il est même fort probable que ceux de l’école soient terminés. Pour les gradins, la fin des travaux devraient être effective en février 2018.

Parallèlement à cela, nous avons terminé le parking situé rue des écoles et la rénovation de la chaussée du passage Saint-Michel. De lourds investissements communaux et intercommunaux indispensables à la vitalité de notre territoire. Une fois ces travaux terminés, nous continuerons sur la réalisation directe des projets retenus dans le cadre de l’étude centre-bourg. La rénovation de la rue de la République prévue pour 2018, le lancement de l’étude sur la transformation du SDIS et si tout va bien pour 2019, la rénovation des quais de la Saône.
Je n’oublie pas non plus, l’ancienne usine Thomson/TPC qui sera détruite d’ici le printemps prochain. La partie appartenant à la communauté de communes ayant été vendue, l’acquéreur devra démolir ce bâtiment. Nous réfléchissons déjà avec lui sur la transformation de ce secteur important de la ville et proche du centre.

Tous ces projets font l’objet d’une attention particulière de mon délégué aux finances, Jean Matrot. En effet, si investir est indispensable, il convient d’avoir une maîtrise implacable de notre budget. Avec la baisse des dotations qui atteint 300 000€ depuis 2014, nous n’avons pas le droit à l’erreur.

Le Centre Culturel des Ursulines : inquiétant !
Les dossiers se suivent rapidement et celui-ci, nous aurions bien voulu l’éviter ! Après le premier procès déclenché suite au problème du chauffage qui vient d’être remis en service mais sans que les responsabilités n’aient été définies à ce jour (toujours en cours), nous devons faire face à l’effondrement d’une partie du plafond situé au-dessus de la salle de répétition de notre harmonie municipale. Heureusement aucune victime n’est à déplorer car la catastrophe aurait pu être beaucoup plus grave. En effet, une poutre s’est cassée en deux entraînant avec elle le plancher du grenier et le plafond de la salle de danse. A ce jour, aucune responsabilité n’est établie et nous avons mandaté notre avocat afin qu’une expertise judiciaire soit effectuée et les responsabilités établies.
Après avoir sécurisé cette partie endommagée, nous avons ré-ouvert la médiathèque, les 3 salles de musique ainsi que la salle partagée. Restent donc fermées, la salle de répétition de l’harmonie et la salle de danse située juste dessous.
Je rappelle que ce bâtiment avait été inauguré en 2010.

Quelle décision pour l’espace aquatique Fernand Bonnin ?
Les plages de la piscine se dégradent au fil des ans. A ce jour, nous pouvions ouvrir en sécurisant un passage au-dessus des plages. Mais le bureau de contrôle a prévenu que 2017 serait la dernière année avec ce procédé. Une solution transitoire serait la pose d’une passerelle afin de maintenir l’équipement ouvert pendant encore 1 à 2 ans si les élus valident les propositions ci-dessous du Président.
De nombreuses études ont été menées afin de trouver une solution :

  1. Réhabilitation de l’espace existant -> coût de l’opération : 4 210 920 €HT – Déficit comme aujourd’hui de 180 000€ amortissement compris.
  2. Construction neuve -> coût de l’opération : 7 000 000 € HT – Déficit prévisionnel de fonctionnement annuel de 350 000 €. 
  3. Réhabilitation et couverture partielle de l’espace aquatique existant avec la création d’un bassin nordique -> Coût d’opération : 7 264 510 € HT - Déficit prévisionnel de fonctionnement annuel de 581 655,65 €. 

Le cabinet Stratorial a été missionné afin d’évaluer les coûts pour la communauté de communes Rives de Saône ; Il en ressort qu’un projet à 7 millions d’euros n’est pas supportable pour les finances communautaires et de plus, après contact avec l’Etat, le scénario 3 n’est plus possible du fait de la situation de la piscine en zone rouge du PPRI (plan de prévention des risques inondables).

Dans sa séance du 27 septembre, le Président du conseil communautaire, Jean-Luc Soller, a donc posé les questions suivantes aux délégués : 
- décider de réhabiliter l’espace existant (scénario 1)
- commander une assistance à maîtrise d’ouvrage pour la rédaction du cahier des charges dans le cadre d’un appel d’offre 
- rechercher tous les financements et subventions possibles
- inscrire les crédits nécessaires à l’assistance à maîtrise d’ouvrage au budget 2018

Après un long débat et un vote à bulletin secret, les délégués ont approuvé ce schéma par 27 voix pour contre 23.  Ce vote signifie donc que la passerelle sera posée pour la saison prochaine et que l’étude sur la réhabilitation ira à son terme afin de connaître le coût réel du projet (appel d’offre) et de connaître également le montant des subventions qui seront accordées. Avec ces éléments, les élus seront une nouvelle fois appelés à voter pour valider cette réhabilitation ou pour dire si l’aventure s’arrête là ! Affaire à suivre….

Mes chers concitoyens, je ne serai pas plus long car vous découvrirez dans ce bulletin toutes les actions réalisées par vos élus, les bénévoles des associations et partenaires de la Ville. Je veux ici les remercier pour leur engagement en votre nom à tous.

Notez dès à présent dans votre agenda la traditionnelle cérémonie des vœux du Maire qui se déroulera le samedi 13 janvier à 18h30 à la salle des fêtes. Je vous invite tous à venir partager le verre de l’amitié qui sera l’occasion de vous dresser le bilan de l’année 2017 ainsi que nos projets pour l’année 2018.

Je vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d’année et avec un peu d’avance, tous mes meilleurs vœux pour 2018.

Le Maire, Alain Becquet